L’échec et la peur de ne pas réussir sa vie à PARIS 9

Retour

L’échec et la peur de ne pas réussir sa vie à PARIS 9

cliquez sur les images pour les agrandir

Très couramment les personnes, femmes et hommes, oublient que l’échec est un mot qui vient d’un jeu dans lequel deux adversaires déplacent sur un tableau de 64 cases deux séries de 16 pièces. La peur de ne pas réussir sa vie n’est pas l’échec, l’échec étant le jeu. C’est l’échec et mat qui fait peur car il indique que le roi est menacé de capture au prochain coup et pour laquelle aucune parade n’est possible.

 

L’objectif de cette petite introduction historique est de mettre en évidence que, ce qui se joue dans l’échec de tout un chacun c’est la peur, c’est le manque de confiance, c’est l’idée qu’il ne sera pas possible de réussir. Et si vous vous preniez pour ce que vous n’êtes pas ? Un roi ? Une reine ? Et si c’était la vérité vraie, celle que vous êtes un homme ou une femme, simplement, sans mystification, qui nourrit la peur ?

 

Parfois, entouré d’un adulte méchant, l’enfant peut entendre des horreurs comme : « Tu es nul ! » ou « Tu ne réussiras jamais ! ».

 

Personne n’est nul dans la vie puisque l’échec, comme la réussite, n’est pas écrit ni dans les étoiles ni dans le marc de café.

 

Pour cette raison, quelques personnes, femme, homme, enfants, adolescents, cadre supérieur ou chauffeur de bus, sans discrimination de race, couleur de peau ou âge, sont prises à la gorge par des idées d’échec ou de peur de la réussite. Cela peut durer des décennies, voire toute une vie, dans une procrastination sans fin.

 

Personne ne naît motivé. Et la motivation ce n’est rien au regard du désir : désir de faire des études quand les parents pensent qu’une jeune femme musulmane ne peut pas aller à l’université et devenir médecin ou ingénieur ; qu’un jeune doit faire des études de commerce pour reprendre l’entreprise familiale et ne pas suivre son désir de devenir informaticien…

 

C’est le désir qui pousse en avant et qui fait vivre. Coupez les ailes du désir et l’être femme, homme, enfant, vieillard, se meure.

 

Parfois les personnes pensent qu’elles ont des capacités pour réussir à réaliser leurs objectifs, projets, rêves. Mais seul l’examen clinique approfondi avec un clinicien habilité à assurer des psychothérapies ou des psychanalyses – indépendamment s’il a un diplôme de psychiatre ou psychologue –, pourra construire une réponse solide.

 

Ce n’est pas dans les livres, qu’il soit de psychologie ou d’aide personnelle, que quelqu’un pourra construire le chemin de son désir.

 

Si vous sentez le temps passer et que vous vous sentez toujours accroché à votre rocher imaginaire, la rencontre avec un clinicien, psy ou pas, pourra changer le cours de votre vie. Mais peut-être est-ce justement la peur du changement qui vous pétrifie.

 

Changer c’est se séparer : se séparer des vieux amis, ceux qui ont choisi de rester accrochés à leur rocher, vieux amours, ceux qui n’apportent plus le condiment quotidien pour la vie vivante. La séparation est une des raisons majeures qui nourrit la peur de l’échec et la peur de réussir dans sa vie.

 

Si vous avez peur de réussir, peur d’échouer, en d’autres mots, peur de vivre, contactez le clinicien que je suis au 01 47 70 56 02. Nous allons nous pencher sur votre souffrance ensemble.

 

 

 

 

Contactez-nous