Faire face à la crise de la quarantaine.Paris 9

Retour

Faire face à la crise de la quarantaine.Paris 9

cliquez sur les images pour les agrandir

La crise de la quarantaine n’est pas une crise générale. Elle touche tout un chacun, qu’il s’agisse d’une femme ou d’un homme de manière singulière. Chercher, donc trouver, des dénominateurs communs à l’ensemble de la population est une manière de noyer la subjectivé dans le moule statistique et perdre ainsi ce qu’il y a de plus précieux chez chaque être, à savoir son désir.

 

Quelques personnes n’ont pas attendu la quarantaine pour se poser la question sur leur vie : ce qu’elles ont fait jusqu’à présent de leur existence et la direction qu’elles pensent donner à leur vie à l’avenir.

 

Pour répondre à de telles questions, questions vitales, il est important de les poser à quelqu’un qui pourra vous aider. Si vous souhaiter rencontrer un psychothérapeute ou un psychanalyste, vous pouvez me contacter au 01 47 70 56 02. Le psy, psychiatre, psychologue, psychothérapeute, peut vous aider, à condition que vous estimiez que celle ou celui que vous rencontrerez montre avoir la capacité à vous être utile à construire des réponses à vos questions qui, je le repère, sont de la plus haute importance.

 

Parfois pendant l’adolescence, ou à l’entrée dans le monde du travail, ou après quelques années de mariage, ou encore au moment de la ménopause, bref, peu importe le moment de la vie, quelques-unes ou quelques-uns, se réveillent et se posent la question de ce qu’elles ou ils sont en train de faire de leur vie ou même ce qu’elles ou ils sont en train de faire dans la vie.

 

Une telle question peut produire un changement de route de vie fondamental. Quelques-uns changent de travail, comme le chef d’entreprise qui s’inscrit en première année de médecine pour devenir cardiologue, comme le banquier qui devient artisan-boucher ; quelques-unes quittent mari et enfants pour suivre leur nouvel amour, l’hétérosexuel qui se découvre homosexuel, l’enseignante qui ouvre une pâtisserie…

 

Cette recherche d’un nouveau souffle pour sa vie, mérite un examen approfondi. Si le lecteur accepte un bon conseil : ces choix ne doivent pas être pris dans la précipitation. D’où l’importance de contacter un psy de son choix pour lui parler de tels souhaits.

 

Beaucoup de personnes choisissent de se marier, choisissent un métier, selon la volonté de l’autre, qu’il soit son mari, sa femme, son père, sa mère. Un jour elle ou il se réveille en comptant le temps qui est passé et où elle / il a vécu jusqu’à présent pour l’autre et, que de sa vie propre, elle ou il, ne connaît pas grande chose ou strictement rien.

 

L’apparition de cette crise – crise d’enfance, crise d’adolescence, crise de l’âge adulte, crise de la quarantaine, crise de la cinquantaine, crise du troisième âge – peut s’exprimer par une perte de goût d’aimer, de travailler. Cela peut s’exprimer aussi par des crises de boulimie, ou par des crises d’anorexie. Par l’apparition de maladies somatique avec paralysie d’un membre ou par des maladies plus graves encore.

 

Ces expressions mentales, corporelles ou organiques viennent signaler que quelque chose en vous vous réveille à ce que vous êtes en train de faire de vous-même.

 

Parfois, le mari ou l’épouse, et même les enfants, souffrent de ce passage à vide. Ils souffrent de réactions agressives, tristes, silencieuses de celle ou celui qui traverse une telle crise.

 

Une crise existentielle, à n’importe quel âge, ne se résout pas par un divorce, l’achat d’une nouvelle voiture, avec le changement d’une femme plus jeune ou un voyage en Asie ou en Italie.

 

Elle se résout en parlant avec un psychothérapeute ou un psychanalyste.

 

 

 

 

 

Contactez-nous