Sorties de psychothérapie possible chez le psychotique, Consulter un psychiatre pour une anorexie, Paris 8ème

Retour

Sorties de psychothérapie possible chez le psychotique, Consulter un psychiatre pour une anorexie, Paris 8ème

cliquez sur les images pour les agrandir

Avant-propos

 

Même si ce tableau met en évidence les trois structures cliniques et leurs respectives sorties de la psychanalyse, mon objectif est d’étudier les solutions possibles pour la sortie de psychothérapie avec psychanalyste chez le psychotique.

 

Dans une réunion interne à notre école, et après remarques et questions de Mesdames Ouarda Ferlicot, Laure Baudiment et Edith de Amorim, il me fallait éclaircir des tentatives d’avancées conceptuelles. C’est l’objectif de cette petite brève.

 

 

 

Psychothérapie avec psychanalyste

Psychanalyse

Névrose

Abandon

Circumnavigation

Psychose

Suppléance

Quatrième nœud

Nom-du-père

Tombolo

Possibilité d’une île

Perversion

Transfert sans castration symbolique

Jouissance sans Loi

Mouillage

 

 

Introduction

 

La suppléance, comme le quatrième nœud, le nom-du-père et le tombolo, sont les résultats d’une psychothérapie. La différence – si la psychothérapie est assurée par un psychothérapeute, un analyste ou un psychanalyste – sera repérée à la sortie de la cure, par la solidité du tressage. Dans ce cordage nous trouverons le fil de l’imaginaire, du symbolique et du réel. En excluant les erreurs de conduite de la cure du clinicien, les psychothérapies avec psychanalyste visent le tombolo. Les trois précédentes formes de bricolages cliniques dans la psychose ne sont pas à considérer comme des abandons comme dans la névrose ou dans la perversion car, en coupant le câble du transfert, structurellement, l’être indique que, pris dans la structure psychotique, il ne peut pas aller plus loin. La conduite à tenir de la part du clinicien dans ce cas est a) d’accepter sa décision de ne plus venir – s’il y a eu construction d’un bricolage, bien entendu – et b) de se laisser à la disposition du patient s’il décidait de revenir. S’il revient, il est important de tendre un fil pour créer un pont de câbles – au début du XIIe siècle chables signifiait gros cordages – entre le moment de son départ et celui de son retour. Le règlement des séances est ce fil. Il s’agit d’un fil symbolique. Cela doit être discuté en supervision car un maniement maladroit de la technique peut produire des effets indésirables, comme le départ du patient. Un psychotique c’est pour la vie, disait Lacan. Cette phrase est ma compagne dans mon quotidien clinique.

 

Les bricolages

 

Dans la suppléance, l’être dans la position de patient, a réussi, par le symbolique sous forme de transfert et d’associations libres, à construire un dispositif imaginaire de remplacement éphémère à la castration pour supporter dans le réel, la forclusion. Dans la suppléance, l’imaginaire se frotte – par la voie du symbolique – au réel, mais sans s’accrocher. La psychothérapie sans fin du psychotique en est un exemple. Le fil du symbolique est fragile, celui de l’imaginaire est gonflé.

 

Dans le quatrième nœud, l’être construit un dispositif imaginaire avec une perspective de remplacement définitif à la castration. Le sinthome est la matérialisation clinique de cette opération. Ici l’être trouve le moyen de supporter de vivre en société et même d’être en rapport avec ses semblables. L’écriture de Joyce en est un exemple.

 

Dans le nom-du-père, l’être dans la position de patient construit un dispositif symbolique pour combler le trou structurel de la forclusion. Cette opération de collage du symbolique dans un imaginaire dégonflé par le transfert ne produit pas d’effet dans le réel. Ce collage est repérable avec la solution trouvée par Schreber. Pour un patient qui venait me rendre visite, il lui fallait passer par des moments de travestisme le soir, chez lui, pour pouvoir supporter la vie sociale et même le travail dans lequel il devait occuper une place virile.

 

Dans le cas du tombolo, l’être construit un dispositif à partir de l’imaginaire dégonflé par le symbolique, et du réel, pour s’accrocher à la castration. Un tombolo, dans sa définition océanographique, est un « cordon littoral, constitué de sable ou de galets, reliant une île à la côte, qu’elle soit un continent ou une autre île ». Dans la construction du tombolo, l’être supportera la vie sociale et ses semblables, mais pas uniquement, comme c’est le cas du quatrième nœud. Une personne qui construit un abri pour elle – faire un crédit et acheter un appartement dans l’exemple clinique de Laure Baudiment –, montre qu’elle a une perspective symbolique car, pendant des années, elle sera appelée à payer ses charges tous les mois, participer aux problèmes liés à la copropriété presque toutes les semaines, participer à des réunions annuelles avec son syndic. Ces piqûres de rappel – du rapport entre l’être et l’autre, en passant par l’Autre Barré, entre l’être et le réel – sont la preuve que le patient est prêt pour, pendant des années, avoir un contrat possible avec le monde symbolique.

  27 avril 2016

 

Contactez-nous