Soigner la fatigue, fatigue chronique, épuisement, burn-out, à Paris 8ème

Retour

Soigner la fatigue, fatigue chronique, épuisement, burn-out, à Paris 8ème

cliquez sur les images pour les agrandir

Burn out

Pourquoi chercher un mot en anglais si la langue française peut tout à fait fournir un mot qui puisse décrire de quoi il s’agit ?

Je parlerais d’épuisement professionnel, car selon l’organisation mondiale de la santé (OMS) cet épuisement professionnel se caractérise, je le cite : « par un sentiment de fatigue importante, de perte de contrôle et d’incapacité à aboutir à des résultats concrets au travail »

Nous ne devons pas oublier que les conditions de travail parfois sont dégradantes pour celles et ceux qui travaillent.

En France nous avons vu la difficulté d’une entreprise comme Orange à gérer les conditions de travail de ses employés.

Il faut rappeler que la grande majorité d’une journée se passe au travail, donc il est fondamental que l’employé puisse trouver un cadre qui soit agréable pour développer ses capacités et faire grandir l’entreprise. Pour cela il faut que l’entreprise puisse avoir le respect nécessaire envers l’employé.

Le fait même que l’expression au début était utilisée pour des employés liés à la relation d’aide, c’est-à-dire les médecins, les infirmières, les travailleurs sociaux, les enseignants, vient nous signaler qu’il y a chez ces employés un débordement affectif de ce qui est attendu dans le cadre du travail. La fonction d’un médecin, ce n’est pas de materner le malade mais de répondre clairement aux soins qui sont exigés par sa maladie. La fonction d’une infirmière, c’est prodiguer des soins et pas de faire du maternage. La fonction des travailleurs sociaux, ce n’est pas de faire du babysitting mais de faire en sorte que l’être en détresse sociale puisse reprendre le désir de construire sa place dans la Cité. La fonction de l’enseignant, ce n’est pas de se substituer aux parents, mais de former par la transmission des connaissances l’enfant à une vie professionnelle plaisante.

Il ne faut pas confondre l’épuisement professionnel avec la dépression. Parfois la dépression est amenée par l’employeur ou l’employé dans le champ de travail. Pour faire la distinction entre épuisement professionnel et  dépression, il faut examiner si le champ de travail offre à l’employé les conditions pour qu’il puisse travailler correctement. Si c’est le cas nous pouvons parler de dépression, et il faut un examen approfondi avec un psychologue, un psychothérapeute, un psychiatre  ou un psychanalyste pour comprendre les racines de cette dépression. Pour ce qui est de l’épuisement professionnel et de la dépression, la psychanalyse a toujours mis l’accent sur la relation de l’être avec sa propre vie. Et une telle étude, une telle réflexion, ne peut être faite que dans un cadre bien particulier de la consultation avec le professionnel. Qu’il soit psychanalyse (psychiatrepsychologue, psychothérapeute) ou psychanalyste.

Les cause de l’épuisement professionnel peuvent être remarquées par un manque d’autonomie de l’employé où il n’est responsable de prendre aucune décision sur la tâche qui lui est confiée, la non reconnaissance de ses efforts qui provoque un déséquilibre entre ses efforts et la reconnaissance en forme de salaire, d’estime ou de respect, la communication entre l’employeur et l’employé concernant le projet et l’avenir de l’entreprise.

Contactez-nous