Pourquoi est-on attiré par un tel genre d’hommes ou de femmes ?

Retour

Pourquoi est-on attiré par un tel genre d’hommes ou de femmes ?

cliquez sur les images pour les agrandir

Il est difficile parfois pour les personnes de payer le prix pour savoir. C’est « umain ».

 

Cette manière d’écrire – « umain » – vise à distinguer d’avec humains, c’est-à-dire, celles et ceux qui participent à l’effort de grandir : grandir par le travail, par l’amour, par l’humanisme, par l’humanité, quand les umains, sont ceux-là, celles-là, qui vivotent dans la vie et font foule.

 

Bien entendu, les umains ne sont pas des animaux, mais se comportent comme des mammifères régis uniquement par des besoins.

 

Ainsi, il y a des personnes qui sont attirées par un genre d’hommes ou de femmes comme un mammifère est attiré par un autre mammifère du même genre mais de sexe différent.

 

Les vaches ne copulent pas avec des chevaux. Elles copulent uniquement avec des taureaux, et à un moment bien précis. Hors de ce moment précis, quand des phérormones ne sont pas secrétées, la vache et le taureau peuvent être l’un à côté de l’autre, il n’y aura pas copulation.

 

C’est humain d’être sensibilisé à la souffrance d’autrui, de vouloir améliorer sa propre condition et celle de ses semblables. Et cette manière humaine de vivre caractérise une forme de civilité, de civilisation. Cette sublimation des pulsions humaines fait que les personnes sont attirées par des gens qui ont cette intention humaine de grandir, de progresser, d’améliorer leur vie et celles dont elles ont la charge.

 

Le « c’est umain » vient indiquer que ce groupement a abandonné l’intention de l’enrichissement intellectuel, moral, civilisateur. Les médecins du 19e siècle, inspirés par Morel, parlaient de dégénérescence.

 

Des couples se forment par affinité malsaine et donnent naissance à des enfants qui s’identifient à cet environnement familial. Ici, l’héritage, et non l’hérédité, est à prendre en considération.

 

Le politiquement correct, épaulé par le novlangue, interdit une étude de cette umanité qui se rassemble autour de la haine froide, silencieuse à l’extérieur et que le poète, avec la précision et le vif  qu’on attend de lui :

 

« Il y a de grandes flaques de sang sur le monde […]

 

Où s’en va-t-il tout ce sang répandu

le sang des meurtres… le sang des guerres…

le sang de la misère…

et le sang des hommes torturés dans les prisons…

le sang des enfants torturés tranquillement par leur

         papa et leur maman… »

 

Pourquoi un homme est-il attiré par un genre de femmes bien élevées, agréables à vivre, qui ne parlent presque pas ou bien, au contraire, des femmes méchantes, hargneuses, frigides ? Des femmes qui ne supportent pas le sexe et poussent gentiment leur maris frustrés vers ses filles ou ses fils ? Pourquoi des femmes sont-elles attirées par des voyous, des mufles, des faibles… ?

Ces questions importantes – car elles peuvent décider d’une destinée, ou de la destinée des enfants qui naîtront de la copulation entre deux adultes –, trouveront des réponses seulement dans la rencontre avec un clinicien habilité à écouter.

 

L’habilitation du clinicien ne vient pas de sa formation universitaire de psychiatre, psychologue ou médecin. Elle est le fruit de sa compétence à repérer le moment où commence la psychothérapie et où elle arrive à son terminus.

 

Si vous souhaitez parler avec un psy, appeler le 01 47 70 56 02.

 

 

 

 

Contactez-nous