Note interne pour les membres cliniciens

Retour

Note interne pour les membres cliniciens

cliquez sur les images pour les agrandir

La séance d’accostage

 

La séance d’accostage c’est une séance où le psychanalysant examine tout seul, ou avec l’aide du clinicien, ce qui l’avait poussé à venir vous rendre visite. Vous remarquerez qu’il s’agit ici de distinguer l’évanouissement naturel du transfert psychanalytique, donc qui concerne uniquement la position de psychanalysant.

 

S’il fait son examen et s'il répond positivement à tous les éléments qui le faisait souffrir – pour lui la raison de sa venue est réglée –, mais il continue à venir à ces séances, vous pouvez considérer cette séance (la séance pendant laquelle il a fait l’examen) comme la séance du début de son accostage car, à partir des séances suivantes, le bateau de la cure va compter uniquement avec la force d’erre, jusqu’à l’extinction du transfert, comme nous avait enseigner Freud en 1937. Le silence du clinicien ici est d’or. Silence absolu, position du mort.

 

L’erre est la vitesse résiduelle d’un bateau sans propulsion (voile ou moteur). La vitesse ici représente le transfert et, au moment où il prendra définitivement congé nous aurons la sortie de psychanalyse.

 

S’il ne répond pas positivement à un seul des éléments qui le faisait souffrir, ou qu’il hésite, nous avons affaire à la résistance, résistance à l’avancée de la cure. Donc, le clinicien se doit de dénouer la résistance et, bien évidemment, ne pas être d’accord qu’il abandonne sa psychanalyse.

Contactez-nous