Les phobies ne sont pas une maladie, ce sont des symptômes, à Paris

Retour

Les phobies ne sont pas une maladie, ce sont des symptômes, à Paris

cliquez sur les images pour les agrandir

Les phobies


Comment justifier la peur que chacun peut avoir ? Pour quelques personnes, écraser des araignées, par exemple, ne leur provoque pas de réaction particulière, elles peuvent le faire dans la plus grande indifférence, pour d’autres, la vision même des araignées – à la télévision ou en photographie dans une revue –, est source d’une grande anxiété.


Les vedettes sont aussi des êtres humains

Un ami m’apprenait que Patrick Sebastien a déclaré avoir peur d’Edith Piaf et que Louane Emera a peur des bananes. Du côté des vedettes internationales, Megan Fox a peur du papier sec, Matthew McConaughey des portes tournantes et des tunnels, Pamela Anderson des miroirs, Katy Perry de l’obscurité, Nicole Kidman des papillons, Adele des goélands, Jenifer des oiseaux, Jake Gyllenhaal des autruches. Affirmer, en revanche, que Marion Cotillard a « peur du Botox » et des interventions chirurgicales ne signifie pas qu’elle soit phobique. Elle sait simplement, que des signaux internes lui indiquent de ne pas prendre cette voie-là. Il y a des personnes qui ne s’écoutent pas, se font opérer et se trouvent dans des situations psychiques beaucoup plus fâcheuses qu’auparavant. Il ne faut pas donc pathologiser la prudence de Marion Cotillard, comme celle de toutes autres personnes citées ci-dessus. Dernière remarque avant de rentrer dans le cœur du sujet, c’est la crainte du rappeur Sean John Combs – connu aussi sous les surnoms de Puff Daddy, Puffy, Diddy, P. Diddy –, à savoir, que "les doigts de pieds soient plus grands que les autres". Là encore, il ne s’agit pas de phobie.

Qu’est-ce donc la phobie ?

La phobie est un symptôme, pas une maladie. Les personnes qui en souffrent disent qu’elles sont conscientes qu’il s’agit d’une peur irrationnelle, mais qu’elles n’y peuvent rien, que c’est plus fort qu’elles. S’il y a quelques phobies qui peuvent être évitées par un minimum de précaution, d’autres sont beaucoup plus présentes au quotidien, ce qui constitue un vrai handicap.


Caractéristiques

La phobie se caractérise par une réaction de répulsion ressentie devant le même objet, une situation déterminée ou une personne, son image, son souvenir ou encore l’évocation de son nom. Une telle aversion est, dans un premier abord, irraisonnée, comme signalé plus haut, et déclenche une peur instinctive.


Phobie, angoisse, anxiété

La phobie n’est pas une angoisse car les éléments cliniques qui se retrouvent dans la phobie (objet évident) sont absents dans l’angoisse (pas d’objet évident). En outre, la phobie est un symptôme et l’angoisse, elle, est un affect. Quant à l’anxiété, elle précède la rencontre – de l’objet, de la situation spécifique, d’une personne ayant des traits spécifiques, de l’image de cette personne, du souvenir ou du nom de l’objet ou de la personne qui déclenche la répulsion – avec l’objectif de l’éviter. Ou encore, elle, l’anxiété, se déclenche une fois effectuée la rencontre avec l’objet, la situation, la personne, l’image de la personne, le souvenir de la personne ou le fait d’avoir entendu son nom.

Psychothérapie avec un psychanalyste

Rencontrer un psychanalyste à Paris, peut être une façon de dénouer l’énigme de la souffrance provoquée par les phobies car elles ne sont pas des maladies mais des symptômes qui peuvent être traités par la psychothérapie. Pour les personnes qu’y en souffrent, leurs craintes ne sont pas justifiées dans un premier temps. C’est avec l’avancée de la psychothérapie que la personne pourra saisir la raison de sa peur irrationnelle.

 

 

Contactez-nous