Etre l’ainé d’une fratrie, gérer les plus petits et réussir à trouver sa place en tant qu’enfant. Paris 9

Retour

Etre l’ainé d’une fratrie, gérer les plus petits et réussir à trouver sa place en tant qu’enfant. Paris 9

cliquez sur les images pour les agrandir

Etre l’ainé d’une fratrie, gérer les plus petits et réussir à trouver sa place en tant qu’enfant, tout en ayant un rôle d’autorité

 

 

Être aîné d’une famille n’est pas toujours une mince affaire. Chez les juifs, musulmans et catholiques, il est très courant de constater ce que nous appelons les familles nombreuses.

 

 

La position de l’aîné ou ainée dans la fratrie

 

Parfois, le fils aîné ou la fille aînée occupe une position qui est celle de deuxième père ou deuxième mère. Une telle position est très désagréable à vivre pour le premier-né. Il est important de constater qu’il n’existe pas de manuel pour être parent. Ainsi, le père, la mère et l’enfant vont apprendre à devenir père, mère et enfant sur le tas. Il  est à remarquer également qu’il n’y a pas de temps préétabli pour être père, mère ou fils, donc, c’est possible aussi d’apprendre sur le tard. Ce qui est beau avec le désir, l’inconscient et donc avec la rencontre avec un psychanalyste, c’est que les choses ne sont pas figées. Et celles qui le sont, peuvent être articulées autrement.

 

Si vous souhaitez parler avec un psy, un psychologue, un psychiatre, un psychothérapeute sur le fait d’avoir été un aîné ou une aînée dans une famille, n’hésitez pas car, il y a des situations qui se répètent de plusieurs manières dans la vie, comme façon de signaler qu’elles n’ont pas été réglées. Pour régler un problème, il est important d’en parler avec un professionnel. Vous pouvez me contacter au 01 47 70 56 02.

 

 

Gérer les plus petits

 

La fonction du premier enfant ce n’est pas de prendre en charge ses frères et sœurs. Il n’est pas le responsable de sa fratrie. Le responsable des petits ce sont les parents. De l’aîné au benjamin, c’est aux parents de prendre en charge l’éducation et les actes du quotidien comme l’alimentation, les vêtements, savoir s’ils ont lavés leurs dents ou s’ils ont bien dormi, leur interdire de jouer trop aux jeux vidéo ou de trop regarder la télévision. Parfois les parents, qui n’ont pas encore appris à être parents, se déchargent sur l’aîné ou l’aînée. Cela produit des sentiments désagréables liés à l’impuissance et à la frustration. Ce qui est normal puisque ce n’est pas à lui ou à elle d’occuper une telle responsabilité.

 

 

Réussir à trouver sa place en tant qu’enfant

 

Il est difficile pour un ainé ou pour une aînée de trouver sa place d’enfant si les parents ne mettent pas de leurs forces à ce que leur premier enfant puisse occuper la position qui est la sienne à savoir, de premier fils ou première fille, et non de petit papa, petite mère, de mère ou père de ses frères et sœurs.

 

 

Avoir un rôle d’autorité

 

Le rôle d’autorité à avoir à la maison n’incombe ni à la fille aînée, pas plus qu’au fils aîné. Mais bien aux parents. Ce sont la mère et le père qui, d’un commun accord, qui décident de l’éducation de leurs enfants. Education qui a comme objectif de les aider à devenir des adultes responsables de leurs vies et non des éternels enfants ou des assistants de leur parents ou des infirmières ou infirmiers de ces derniers.

 

Si vous souhaitez rencontrer un psychothérapeute pour en parler de votre souffrance en tant que fils aîné ou fille aînée, vous pouvez me contactez au 01 47 70 56 02.

 

 

 

 

 

 

Contactez-nous